Réponse au Secours Catholique

Avant de répondre à votre questionnaire, nous tenions à exprimer notre attachement au développement des liens entre services sociaux, élus et milieu associatif, particulièrement nécessaire dans cette période de crise. C’est par ces convergences que l’on peut réellement contribuer à aider les publics qui font appel au CCAS et en particulier les familles en difficultés.

 

Reste que pour notre liste la lutte contre l’exclusion passe tout autant par la remise en cause des politiques d’austérité qui s’imposent à tous les échelons des institutions (Etat, département, commune) : Gel des salaires et des pensions, précarité, pouvoir d’achat en baisse, réduction des subventions aux associations… Ces « remèdes » à la crise n’ont fait qu’augmenter les déficits publics, en aggravant les problèmes existants et en affectant les plus vulnérables.

 

Votre questionnaire s’inscrit dans le calendrier électoral des élections municipales. Mais il arrive aussi à quelques jours de la fin de la trêve hivernale, qui représente pour de nombreuses familles une date bien plus importante dans leur quotidien immédiat, elles qui peuvent se voir priver du jour au lendemain des biens vitaux que sont l’énergie, l’eau, le logement…

Ces situations concernent de plus en plus de personnes à Antony même si la politique de la municipalité sortante a privilégié un modèle résidentiel faisant la part belle à la spécialisation dans l’habitat des ménages « aisés ». Ainsi les services sociaux du CCAS et les associations telles que la vôtre ont alerté les élus de l’augmentation sensible du nombre de personnes sollicitant une aide financière d’urgence pour régler leur factures du quotidien. Ces donc au regard de cette situation que nous répondons point par point à votre questionnaire.

 

Nous souhaitons savoir si vous souhaitez renforcer ou vous engager à :

 

Question : « Procéder annuellement à une analyse des Besoins sociaux (ABS) de l’ensemble de la population : des familles, des jeunes, des personnes âgées, des personnes handicapées et des personnes en difficultés » conformément au décret du 6 mai 1995, favoriser une réflexion partagée au sein du CCAS pour définir, sur cette base les priorités, présenter un budget pour les mettre en œuvre et s’assurer de son exécution.

 

Notre Réponse :

Pour « Antony à gauche » donner une réponse adaptée à la situation socioéconomique des Antoniens nécessite d’en avoir une connaissance fine et actualisée. L’analyse des Besoins sociaux est non seulement obligatoire mais également indispensable pour que notre CCAS assume ses missions. Nous avons d’ailleurs régulièrement questionné les représentants du Maire sur l’absence de ce document dont vous rappelez à juste titre qu’il est obligatoire depuis le décret du 6 mai 1995 !

 

Mais si la loi impose la réalisation d’une Analyse des Besoins Sociaux qui doit faire l’objet d’un rapport annuel présenté au conseil d’administration, rien de plus n’est précisé sur le contenu de ce document dans la loi. Il revient donc à chaque CCAS de s’organiser. Notre liste estime que ce document ne peut être réalisé sérieusement sans l’appui des associations qui agissent souvent au quotidien dans l’aide aux personnes. Une réflexion partagée avec l’ensemble de ces associations est donc indispensable, non seulement sur l’analyse de ce document afin de définir les priorités mais également en amont sur sa méthodologie et son pilotage. Nous estimons par ailleurs que le budget consacré à l’action sociale dans la ville, donc la subvention de la ville au CCAS, doit augmenter sensiblement.

Notre objectif est de doubler ce budget.

Mais il s’agit aussi pour « Antony à gauche » de redéfinir les dispositifs existants qui relèvent de la politique municipale. En effet au cours de ce mandat nous avons contesté l’usage de financements via le CCAS de dispositifs qui ne relevaient pas de l’action sociale puisqu’ils étaient attribués sans critère sociaux et hors de tout contrôle du CCAS. C’était notamment le cas du dispositif « coup de pouce mobilité », géré par le service jeunesse mais financé par le CCAS alors qu’il n’existait aucune délibération du CCAS le validant, ni aucun règlement quant aux conditions d’éligibilité. Depuis cette année, ce dispositif a été (re)pris en charge par le budget de la ville.

 

De même certaines actions en direction des personnes âgées financées par le CCAS devraient être redéfinies. Nous souhaitons introduire une tarification sur critères sociaux et pouvoir opter, le cas échéant, pour la gratuité pour les retraités percevant le minimum vieillesse. La question se pose également concernant le dispositif « fête de fin d’année » présenté sur le site du CCAS comme un service offert par la ville « À Noël, la Ville d’Antony offre à ses seniors de plus de 65 ans un cadeau, au choix un colis de fête ou bien une sortie… ». La « sortie » relève plus de la communication voire de la promotion de la municipalité et ne devrait pas dans les conditions actuelles relevée des finances du CCAS mais être confiée au conseil des seniors, conseil qui devrait se voir confier un budget propre.

 

Question : Favoriser toute concertation du CCAS, avec les partenaires institutionnels et

associatifs pour répondre aux besoins d’aide, notamment financière,

alimentaire et liée au logement, des personnes en précarité sur la commune

 

Notre Réponse :

Sur ce volet particulier qui touche – comme nous l’avons écrit précédemment le quotidien des personnes vulnérables- il nous paraît indispensable de renforcer les partenariats tant avec les institutionnels que les associatifs. En ce qui concerne le logement, il apparaît qu’au niveau de la ville si les personnels du CCAS se mobilisent pour éviter de voir des antoniens se retrouver en grande précarité, « Antony habitat » multiplie à l’approche de la fin de la trêve hivernale les procédures pour impayés de loyers, sans en alerter les services du CCAS, ni respecter toutes les procédures, trop occupé à l’idée de faire partir les « mauvais payeurs ».

 

Antony à Gauche s’engage à l’arrêt de toute expulsion sans relogement, à la remise en cause de la démolition de la tour Scherrer, et à s’assurer qu’Antony Habitat saisisse la commission départementale des aides publiques au logement pour assurer le maintien de leur versement en collaboration avec les services du CCAS.

 

En ce qui concerne les aides alimentaires, notre liste souhaite développer les moyens alloués à l’épicerie sociale et mettre en place le dispositif de « paniers solidaires ». Par ailleurs nous défendons au delà des nécessaires aides financières ponctuelles, la création d’une régie publique des énergies et le retour en régie publique de l’eau afin de mettre en place des tarifs différenciés selon les usages de l’eau et assurer la gratuité des premiers mètres cubes d’eau destinés à l’usage domestique.

 

Question : Domicilier « les personnes ayant un lien avec la commune c’est à dire les

personnes qui sont installées ou qui ont l’intention de s’installer sur le

territoire » conformément au droit au logement opposable de 2007…

 

Notre Réponse :

 

La domiciliation administrative des personnes est un droit inconditionnel. Ce droit est malheureusement loin d’être respecté car si la loi DALO permet la domiciliation administrative, la procédure qui vise notamment à vérifier que « la personne remplit bien les conditions exigées » laisse tout pouvoir de refuser. Antony à gauche s’engage à communiquer aux associations agrées toutes les demandes de domiciliation qui seront déposées au CCAS et à faire en sorte qu’un-e représentant-e des associations soit présent-e lors de l’entretien. Il y a un véritable enjeu à développer la domiciliation car celle-ci est indispensable pour l’ouverture de multiples droits.

 

Question : Rechercher et prendre en compte dans les actions et les projets du CCAS l’avis

des personnes bénéficiaires

 

Notre réponse :

Nous voulons réhabiliter le service public garant de l’intérêt général. Dans ce cadre nous sommes favorable à la création de comité d’usagers dans lesquel siègerait usagers, associations, représentants de personnels… afin de développer la transparence de l’information : connaissance des dispositifs et des droits de chacun. Mais ce comité doit aussi être pensé comme un espace de libre parole afin de permettre à chacun d’exprimer ses attentes et ses besoins.

 

Question : Faciliter l’accès des usagers dans les services accueillis de manière attentive

et courtoise, répondre de manière compréhensive et dans un délai annoncé,

traiter systématiquement la réclamation …

 

Notre Réponse :

Nous considérons que les personnels des services du CCAS font aujourd’hui preuve de professionnalisme et d’humanisme dans l’accueil des usagers. Evidemment l’amélioration de cet accueil est un enjeu qui, pour Antony à gauche, ne relève pas des discours creux axés autour des dispositifs « démarches qualités »…

 

Si nous voulons améliorer l’accueil, il nous faut également penser à améliorer les conditions de travail des personnels, lutter contre la souffrance au travail notamment et donc identifier les risques professionnels de ceux qui ont en charge l’accueil de personnes vulnérables…

Bookmarquez le permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *