LA GAUCHE EN COLÈRE

(cet éditorial a été publié pour la première fois en octobre 2013 dans le journal “Antony à gauche”)

“Pour s’opposer à la politique d’accumulation des richesses et d’exclusion de la majorité, le Front de Gauche refuse une unité de façade au 1er tour des futures élections municipales.”

Depuis trente ans, la droite est majoritaire à Antony. C’est le temps qu’il a fallu à P. Devedjian puis à J. Y. Senant pour transformer notre ville. D’une commune à la réelle mixité sociale, Antony est progressivement devenue quasi inaccessible pour les couches populaires, bientôt inabordable pour les couches moyennes elles-mêmes.

Notre ville est soumise à une gestion de droite sans souci de l’intérêt général, c’est la raison de notre opposition à la majorité sortante. Dans le même temps, les Antoniens subissent les cures d’austérité imposées par le gouvernement et l’Union Européenne.

Le Front de Gauche refuse également ces choix, qui, en prolongeant la politique suivie par la droite, divisent la gauche, aggravent les conditions de vie de l’ensemble de la population et enfoncent le pays dans la crise.

Depuis 1977, aux municipales, les rassemblements à gauche ont eu pour objectif de permettre une autre gestion de la ville, en faveur de l’ensemble de la population : défense du Parc Heller, du logement social étudiant et de la culture (cinéma-théâtre), la gauche antonienne, dont la diversité est un atout, n’a jamais baissé les bras. Aujourd’hui de profondes divergences existent entre le Front de Gauche et le gouvernement. Comment imaginer que les choix politiques nationaux n’aient aucune répercussion sur la politique communale.

Le projet de budget 2014, d’orientation libérale, satisfait le MEDEF. Il s’agit de la même démarche que l’UMP : pouvoir d’achat en baisse, retraite et Sécurité Sociale solidaire remises en cause, les communes, dont le financement se réduit au fil des cures d’austérité, privées de l’essentiel de leurs prérogatives par les projets de grandes métropoles, etc.

Depuis un an les espoirs s’envolent et les désillusions s’accumulent. Nous ne nous résignons pas !

Lors des prochaines municipales, l’UMP peut se maintenir et poursuivre sa politique de « béton de luxe » favorisant l’accumulation des richesses pour les promoteurs et l’exclusion d’une frange importante de la population, à moins qu’Antony ne change de majorité pour une politique réellement en faveur de l’intérêt  des Antonien(ne)s, notamment dans les domaines de l’habitat, de la culture, des transports, de la formation et de la démocratie. C’est notre objectif.

Encore faut-il s’en donner les moyens, à tous les niveaux, en particulier au niveau local. Ce qui impose de s’opposer sur de nombreux sujets à l’action gouvernementale et d’agir pour une politique alternative, clairement à gauche.

Le Front de Gauche ne peut donc accepter une unité de façade au 1er tour des futures élections municipales, qui impliquerait le soutien à la politique actuelle du gouvernement.

Nous voulons établir avec vous une plate-forme rassembleuse… A gauche !

Nous vous proposerons prochainement de la construire et de la défendre… Ensemble !

VOIR AUSSI

« Antony à gauche » n°1 – octobre 2013

Le premier numéro de notre journal “Antony à gauche”. Paru en octobre 2013.

http://antonyagauche.fr/wp-content/uploads/2013/12/Antony-à-Gauche-n°1.pdf

VOIR AUSSI

Vous trouverez aussi les articles mis en ligne séparément sur ce même site, pour une lecture plus confortable.

 

 

Le « ras-le-bol » de l’injustice fiscale

(cet article a été publié pour la première fois en janvier 2014 dans le journal “Antony à gauche” n°2)

Outil irremplaçable de redistribution et de financement des politiques publiques, l’impôt doit être justement réparti, renforcer la solidarité, améliorer la vie des citoyens, servir des politiques claires, ambitieuses, équitables : nous en sommes loin !

Assistés par l’Etat, les profiteurs reçoivent toujours plus : Comme l’UMP et l’extrême droite, les institutions européennes veulent réduire les impôts sur le capital et la progressivité de celui sur le revenu en développant les taxes (TVA, carburants, écotaxe, etc.). Le P.S. et le gouvernement suivent le même cap. En parlant de « ras le bol fiscal » généralisé, P. Moscovici, ministre de l’économie, « sert la soupe » à ceux qui s’affranchissent de leurs responsabilités sociales, mènent la guerre à l’impôt, ont les moyens de « l’optimisation » fiscale, profitent de chaque « niche » ou dérogation pour réduire leur contribution. Les autres paient « plein pot » et souffrent des coupes dans les dépenses publiques.

  • Impôt sur les sociétés ? Petites et moyennes entreprises 28 %, multinationales 8 % !
  • Niches fiscales ? Coût pour la collectivité : 66 milliards/an.
  • Paradis fiscaux pour les multinationales et les plus riches ? 60 à 80 milliards/an, sans que l’état fasse de la lutte contre l’évasion et la fraude fiscales sa priorité absolue.
  • Subventions ? « Crédit Impôt-Recherche » (6 milliards), exonérations de cotisations sociales (27,6 milliards), et les mêmes vont encore toucher 20 milliards sans contrepartie, grâce au « Crédit Impôt Compétitivité-Emploi », financé par l’amputation des crédits des services publics (10 milliards) …
  • … Et par les hausses de TVA (7 milliards), impôt le plus inégalitaire qui représente déjà 10% des dépenses des ménages modestes contre 4% pour les plus aisés.
  • 2013 a vu l’impôt augmenter pour 44% de foyers et 2,65 millions d’autres devenir imposables et perdre une part de leur APL ou l’exonération de la taxe d’habitation. La baisse des dotations aux collectivités locales les pousse à augmenter leurs propres impôts. Et 2014 verrait aussi la hausse des cotisations et le report d’indexation des pensions !

En 2012, toute la gauche votait la suppression de la TVA « sociale » prévue par la droite.

Il l’a dit! La hausse de la TVA : « Je la considère inopportune, injuste, infondée et improvisée ! » (F. Hollande / campagne présidentielle 2012).

En 2013, le Front de Gauche ne renie rien et organise la marche du 1er décembre pour la justice fiscale, la taxation du capital et l’annulation de la hausse de la TVA.

Nous continuons, avec nos élus, à défendre nos propositions : baisse des impôts indirects (TVA, etc.), impôt sur le revenu de 14 tranches aux taux réellement progressifs, taxation à 100% au dessus de 30 000 € mensuels (0,001% de la population). Progressivité, également, en fonction des revenus pour les impôts locaux, de l’investissement dans l’emploi, la formation, les salaires et la recherche pour les sociétés.

Avec le Front de Gauche : révolution fiscale !

POUR EN SAVOIR PLUS

L’enjeu de la démocratie

Une première de cet article a été publié en janvier 2014 dans le journal Antony à gauche.

La démocratie est le gouvernement du peuple par le peuple pour le peuple. C’est une méthode de prise de décision collective caractérisée par l’égalité des voix de tous les participants.

Les élections municipales de mars 2014 vont ainsi être un moment démocratique dans la mesure où chacun pourra s’exprimer. Malheureusement, rien ne garantit que les majorités politiques qui sortiront de ce scrutin seront au service de l’intérêt général tout au long de leurs mandats. La 5e République montre aujourd’hui combien elle est usée. Les Françaises et les Français en ont pris de plus en plus conscience au cours de la dernière décennie. Nicolas Sarkozy y fut le président des riches défendant les privilèges de ses amis du Fouquet’s.

La droite battue, l’espoir d’un changement démocratique était grand. Hélas, chaque jour qui passe porte un coup à cet immense espoir. Force est de constater que le pouvoir a été confisqué par une oligarchie. Pour que le peuple reprenne le pouvoir il faut une révolution citoyenne.

C’est ce à quoi se refuse de s’atteler la majorité PS actuelle qui s’est pleinement coulée dans les institutions de la Ve République et qui, de renoncements en reniements, n’a jamais été aussi proche des intérêts de l’oligarchie. Pire, avec son projet de métropolisation, repris de la droite, le PS veut déposséder encore plus les citoyens des décisions politiques. Ce projet vise à priver les communes de leurs prérogatives au profit de mastodontes, les métropoles, non-soumis au contrôle citoyen. Nous refusons cette grande régression démocratique. Au contraire, nous proposons de redonner le pouvoir au peuple au sein d’une 6e République : convocation d’une assemblée constituante en sein de laquelle nous proposerons notamment le non-cumul des mandats, le référendum révocatoire, et le référendum d’initiative populaire.

La « démocratie » actuelle est un marché de dupe à tous les échelons. A Antony, la droite une fois élue considère le pouvoir local comme sa propriété exclusive. Le mandat qui s’achève est à cet égard démonstratif : démolition de la RUA, du théâtre en centre-ville, de l’ancien IUFM pour faire place à des logements de standing enrichissant les promoteurs privés sans souci de la mixité sociale.

Les prochaines élections posent une question : Comment redonner la parole aux  Antoniens pour qu’ils puissent contrôler la vie municipale ? Le Front de gauche propose d’instaurer des conseils de quartier, qui ne seraient pas limités à un simple rôle consultatif mais dotés d’un véritable pouvoir de décision  avec un budget participatif. Et, dès maintenant et tout au long de la campagne électorale, nous voulons formuler avec vous nos propositions pour faire de nos quartiers des lieux de rencontres et de bien-vivre.  Ces propositions concernent tous les domaines de la vie : les solidarités, la santé, le logement, l’emploi, l’école, la culture … Nous vous invitons à débattre de ces grands objectifs lors de prochaines rencontres. Nous entendons ainsi redonner force à la démocratie dans notre ville, faire place au peuple à Antony.

Pour en savoir plus sur le sujet :

 

 

Réunion publique Mardi 28 janvier 2014

Réunion publique d’Antony à Gauche
Mardi 28 janvier 2014
20h30 – Salle Henri Lasson, place du Marché

Les élections municipales des 23 et 30 mars prochain peuvent ouvrir une autre voie pour les Antoniennes et les Antoniens. Celle d’une politique réellement en faveur de l’intérêt général où chacune et chacun trouvent des réponses aux problèmes posés dans la vie quotidienne.

C’est pour cela que le Front de Gauche sera présent à cette élection avec la liste Antony à Gauche. A Antony, il n’y a pas de fatalité à une majorité de droite qui poursuivrait sa politique d’exclusion des classes populaires et moyennes au profit des promoteurs privés et d’un standing financier outrancier.

Dans notre ville seule le Front de Gauche et la liste Antony à Gauche font la clarté sur les objectifs politiques pour notre commune et pour la nation : non à l’austérité budgétaire, aux grands projets inutiles, et au matraquage fiscal.  Oui à des services publics de proximité, de qualité, et accessibles à tous et toutes.

Fidèles à ses engagements, aux valeurs de solidarité et de démocratie qu’il défend en toute circonstance, le Front de Gauche au travers de la liste Antony à Gauche travaille sur des solutions pour changer la vie à Antony. Notre ville doit s’engager dans la construction démocratique d’un avenir où il fait bon vivre ensemble avec les moyens indispensables mis à la disposition pour assurer un revenu décent, des transports de qualité, ainsi que les droits à l’emploi, au logement, à l’éducation, et à la culture.

Notre programme se veut le fruit d’un débat le plus large et ouvert possible. La définition des objectifs pour la ville appelle à une participation citoyenne.

Mardi 28 janvier aura lieu une rencontre au cours de laquelle les participants auront la possibilité de donner leur avis sur le travail réalisé par les collectifs de travail mis en place lors de la réunion publique précédente, de rajouter ce qu’ils pensent nécessaire et d’améliorer l’existant. Les objectifs pour la ville sont la propriété des Antoniennes et des Antoniens.

Venez nombreux !