Education, urbanisme, politique de la ville : les Antoniens pénalisés.

Conseil municipal du 25 juin 2015

Tarifs des garderies et études

A l’appel de la FCPE, de nombreux parents étaient présents à l’entrée du conseil municipal ce jeudi 25 juin, protestant contre la hausse des tarifs de garderies et d’études, ainsi que sur la modification des horaires du temps périscolaire. Ils ont pu s’exprimer mais n’ont pas été écoutés, loin de là !

En effet, le point 1 de l’ordre du jour de ce conseil, concernait un nouveau système de tarification entrant en vigueur dès le 1er septembre, supprimant le paiement au forfait et le remplaçant par une facturation à l’unité : ce système pénalise toutes les familles dont les enfants fréquentent ces services de façon assidue.

Un exemple pour la garderie maternelle du soir, pour une famille aux revenus de 1500 € ayant 1 enfant, fréquentation tout le mois (16j) : ancien système (forfait) : 10,48 € / nouveau : 23,30€, soit plus du double !

La situation sera dramatique pour les familles ayant droit aux tarifs planchers.

De plus, concernant les études surveillées individualisées pour les écoles élémentaires Anatole France et Noyer doré, la tarification spécifique est carrément supprimée.

ainsi le tarif plancher au mois passera de 3,80 € à 9,60 pour 16j de fréquentation.

Pour reprendre l’exemple précédent de la famille aux revenus de 1500€, le tarif passe de 6,98 à 21,19 pour 16j.

L’ objectif de la municipalité est-il que les enfants de ces écoles retournent seuls à la maison devant la télé ou restent dehors dans la rue ?

Par ailleurs, combien d’enfants sur Antony, sont-ils exclus de toute activité, ni garderie, ni sport, ni études ?

Les élus d’Antony à gauche ont voté contre ces hausses et demandé que le système soit revu ; les familles sont doublement pénalisées : non seulement les nouveaux horaires des rythmes scolaires leur sont imposées mais en plus, elles devront payer plus cher !

Pour les élus de la majorité, les arguments sont simples (scandaleux) : les tarifs actuels étaient quasiment de la gratuité pour les familles modestes et si elles ont des difficultés à payer, il ya suffisamment d’aides sociales par ailleurs !

Aujourd’hui avec l’austérité beaucoup de familles peinent, on ne peut leur opposer des arguments de gestion comptable, d’autant qu’en complément des financements de L’Etat pour la mise en place des rythmes scolaires, des subventions de la CAF sont possibles, mais n’ont pas été demandées par la municipalité.

Tarifs de restauration :

Vigilance sur ces tarifs :

  • les ATSEM actuellement payées par la ville pour s’occuper de la gestion des repas en maternelle seront remplacées par du personnel de la société de restauration, ce qui augmentera le coût du repas.
  • De même, en élémentaire, la gestion des repas du mercredi s’ajoute à celle des autres jours depuis la mise en place de cette matinée scolaire ; là aussi hausse du prix du repas.

La municipalité a affirmé que ces hausses ne seront pas répercutées sur les familles.

 Réseau d’Education Prioritaire (REP)

Les élus Front de Gauche ont proposé à Mr le Maire un vœu demandant à Madame la Ministre de l’Education Nationale, de considérer à nouveau la situation des écoles Anatole France, Pajeaud, Noyer doré, Val de Bièvre et du collège Anne Franck et de les réintégrer dans la carte du réseau d’Education Prioritaire. Mr Senant a refusé de faire voter le vœu, prétextant que les autres vœux n’avaient pas eu de réponse positive. Or, depuis décembre 2014, des écoles ont obtenu le statut de REP (à Nantes, Angers, Toulouse) ; Mme le Ministre a également annoncé la mise en œuvre « à compter de la rentrée 2015 des modalités nouvelles de répartition des moyens d’enseignement pour mieux tenir compte des difficultés sociales réelles de chaque école ou établissement ».

Doit-on abandonner une bataille sans même la mener ? En fait les élus de la majorité sont d’accord avec la politique d’austérité du gouvernement, une élue a même dit que le collège Anne Franck ayant de bons résultats, le statut ZEP ne se justifiait plus !.

Ecole Dunoyer de Segonzac

En réponse à la question écrite de François Meunier, demandant pourquoi la municipalité a acheté une si petite parcelle du terrain appartenant au département, pour la reconstruction du groupe scolaire Dunoyer de Segonzac, Mr le Maire a répondu que le département faisait ce qu’il voulait de ses terrains…

 

Oui, encore une fois, Mr Devedjian a préféré vendre une grande parcelle au promoteur PICHET pour faire des logements de standing ! Peu importe, malgré les prouesses de l’architecte, si les locaux du groupe scolaire sont exigus, la cour située au 1er étage et la quasi absence d’arbres !

 Contrat de Ville :

Elément cadre de la politique de la ville, le contrat de ville représente un enjeu majeur pour notre commune  et, plus particulièrement, pour le quartier du Noyer Doré.

Ainsi regrettons-nous que l’Etat en ait réduit son périmètre d’action sur le Noyer Doré, ainsi que réduit sa dotation financière (-16% sur 2015 pour Antony). L’austérité n’est pas la solution aux problèmes que nous rencontrons.

Si nous approuvons ses objectifs généraux et ses principes d’action, il n’en demeure pas moins que certains de ses grands axes méritent d’être améliorés. Ainsi en est-il de la mixité sociale, du désenclavement du quartier du Noyer Doré (manifestations culturelles ou sportives décentrées, passerelle au-dessus de la gare des Baconnets), d’un plus large accès aux services publics des populations concernées (réouverture de la mairie annexe), de la promotion de la mobilité de la population (Paladin gratuit), du focus mis sur la réussite éducative (obtention du statut d’Education prioritaire pour les écoles et le collège du quartier).

 

 

Bookmarquez le permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *