Diviser le collège Anne Frank des écoles associées, c’est se soumettre à l’inacceptable !

Au conseil municipal du 11 décembre

En fin de séance, les élus de l’opposition ont fait part à l’ensemble du conseil municipal, de leur opposition au projet du Ministère de l’Éducation Nationale, concernant la nouvelle carte de l’Éducation Prioritaire, qui exclurait le collège Anne Frank, sur des critères biaisés et contestables.

Les élus Antony à gauche ont demandé quelles démarches le Maire comptait faire pour garder ce collège et les écoles associées que sont Pajeaud, Anatole France et Noyer Doré dans l’Éducation Prioritaire.

Monsieur Le Bourhis, 1er Maire-adjoint chargé de l’Éducation a répondu que le Maire avait envoyé une lettre au Directeur d’Académie (DASEN), dont les élus de l’opposition devaient recevoir copie (qu’ils n’avaient pas reçue le jour du conseil). Monsieur Le Bourhis, s’attendant à ce que les élus interviennent sur ce sujet, avait préparé un vœu qu’il a soumis au vote du conseil.

Le vœu soumis par la majorité de la Ville d’Antony :

Le Conseil Municipal :

  • Demande le maintien des écoles Anatole France, Noyer Doré, Adolphe Pajeaud et Val de Bièvre dans le Réseau de Réussite Scolaire
  • Demande que le collège Anne Frank conserve des conditions de vie scolaire permettant de conforter les résultats obtenus au cours des dernières années

Les élus Front de gauche (groupe Antony à gauche) ont protesté vivement estimant que ce vœu sortait d’emblée le collège de son maintien en REP.

Les élus d’Antony avec vous semblaient partagés et ont demandé une interruption de séance pour se concerter. Nous, élus Front de gauche les avons rejoints, sommes restés sur nos positions et avons essayé de les convaincre d’intégrer le collège A. Frank dans la demande de maintien en REP. Ils argumentait que les écoles avait plus de chances que le collège de rester en REP, au vu des bons résultats du collège ! De plus, un député PS aurait vu la Ministre et elle ne compte pas changer de position…

Pensant infléchir notre position, Monsieur Le Bourhis proposa alors d’ajouter la mention « conditions de vie scolaire et d’encadrement éducatif permettant pour le collège etc. ». Selon la majorité, et certains élus d’Antony avec vous, la situation de crise actuelle oblige à l’austérité et à être “raisonnable”, donc à accepter la sortie d’Anne Frank de l’Éducation Prioritaire. Ce que nous refusons.

Résultat du vote : 45 POUR ; 4 abstentions : François Meunier, Isabelle Delpech (Antony à gauche), Jean-Marc Feuillade (Antony avec vous, membre de Citoyens à Antony), Alain Aripa (Antony pour un nouvel avenir).

Au lendemain de ce conseil

Nous, élus Front de gauche, affirmons haut et fort

  • Que la proposition du DASEN est inacceptable;

  • Que nous soutenons les enseignants et parents d’élèves en lutte depuis un mois pour conserver le collège Anne Frank et ses écoles associées dans le statut de REP, qui est le seul moyen d’obtenir des conditions de vie scolaire et d’encadrement éducatif adaptées aux besoins et de façon durable.

Pour nous, le texte voté acte une démission par rapport au collège (donc aux enfants des écoles qui y viendront), alors que les critères de sa « sortie de REP » sont vivement contestés et que la décision ministérielle n’a pas encore été officiellement prise !

Notre vote est en cohérence avec les positions annoncées lors de l’Assemblée Générale sur le sujet organisée par les enseignants et les parents d’élèves, et qui se tenait ce même soir à l’école du Noyer Doré et à laquelle les élus d’opposition étaient allés apporter leur soutien. Un vote également en cohérence avec les positions qui sont ressorties de l’Assemblée Générale et demandaient le maintien en REP des écoles et du Collège (voir article ci-dessous : « Au Noyer Doré, pour l’Éducation prioritaire) ) .

Réunion Noyer doré

Nous appelons les Antoniens à signer la pétition initiée par la FCPE et l’AAPEELA du collège Anne Frank. (http://goo.gl/forms/sPUEFMRv8A ) qui sera portée au ministère le 17 décembre.

Nous exigeons de la Ministre, Najat Vallaud-Belkacem, qu’elle élargisse la carte des réseaux d’Éducation Prioritaire en France, compte tenu de l’aggravation des conditions de vie des Français, récemment montrée par le rapport choc 2014 de l’INSEE sur le « Portrait social de la France ».

L’austérité ne doit pas s’appliquer à l’Éducation. L’École de la République est l’avenir de la France.

Deux points forts du calendrier rappelés à la réunion publique du Noyer Doré :

  • Rassemblement à l’appel de la FCPE 92, ce samedi à 15h à Nanterre devant la DASEN

Rendez-vous pour départ collectif 14h au RER Antony

  • L’ensemble des pétitions sera portée le 17 décembre après-midi, lors du rassemblement à l’initiative de la FSU 14h Invalides pour une rallonge budgétaire en faveur de l’Education Prioritaire (Rappel le matin, la ministre annoncera la liste nationale des REP en Comité Technique)

Bookmarquez le permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *