Conseil municipal du 5 février 2015 : où est l’intérêt des Antoniens?

Une première pour ce conseil municipal, sa retransmission sur le site internet de la ville. Les Antoniens et les Antoniennes ont pu se rendre compte de la teneur des débats et de la manière dont le Maire empêchait toute relance de l’opposition.

Démarrage du conseil haut en couleurs pour défendre l’Education prioritaire

Le groupe scolaire Anatole France était venu en force dans le hall de la mairie pour l’ouverture du conseil : des parents d’élèves représentant les trois associations FCPE, PEEP et APEELA, des enseignants, portant banderoles, pancartes ou gilets jaunes. Tous en colère suite à la réduction des moyens accordés aux Réseaux d’Education Prioritaire (REP) en métropole, ayant entrainé la suppression du REP que formaient le collège Anne Frank, les écoles A. France, Noyer Doré et Pajeaud. Mme Zaroukian, de la FCPE, a pu s’exprimer au micro devant le conseil, rappelant les situations difficiles de nombreuses familles et la nécessité du maintien des moyens supplémentaires d’enseignement, au-delà des 3 ans accordés sur le papier par la Ministre. Elle a demandé le soutien de l’ensemble des conseillers pour que l’école obtienne à nouveau le statut de l’Education prioritaire, ainsi que le soutien de tous sur Facebook « Anatole en REP ».

Mrs Senant et Le Bourhis ont proposé de voter à nouveau le même vœu qu’au conseil municipal de décembre, vœu pour lequel le groupe Antony à gauche et J-M Feuillade s’étaient abstenus : en effet ce vœu excluait d’emblée le collège Anne Frank du REP et ne demandait que le maintien des écoles (voir notre article http://antonyagauche.fr/diviser-le-college-anne-frank-des-ecoles-associees-cest-se-soumettre-a-linacceptable/ ). Cette fois-ci, F. Meunier, I ; Delpech, J-M Feuillade et A-L Hagel se sont abstenus, estimant qu’il fallait au moins revenir à la situation antérieure, celle-là même qui a permis aux différentes écoles et au collège des moyens et des personnels supplémentaires et conduit les élèves du collège A. Frank à obtenir des taux très satisfaisants de réussite au brevet des collèges.

Des orientations budgétaires à l’encontre de l’intérêt des Antoniens


Si force est de constater que les orientations budgétaires s’inscrivent dans un contexte financier contraint lié aux politiques d’austérité mises en œuvre au niveau européen et relayées par le gouvernement avec la baisse de la Dotation Globale de Fonctionnement aux communes (- 4,5 millions d’euros pour Antony sur les années 2015, 2016 et 2017), il n’en demeure pas moins que les orientations budgétaires proposées par la majorité UMP-UDI confirment son projet d’une ville pour les plus favorisées, comme le faisait remarquer notre élu.

  • Rien en matière de commerce de proximité dans les quartiers excentrés.
  • Toujours pas de plan d’ensemble de pistes cyclables. Le « tout voiture » reste roi !
  • Une politique en matière de logement qui fait la place belle au « privé » au détriment du social.
  • La volonté de reconstruire à tout prix le théâtre Firmin Gémier sur une partie des terrains de Saint Raphaël et non sur son emplacement d’origine.
  • Un aménagement du centre ville annoncé mais dont on ne connait encore rien officiellement.
  • La poursuite de l’aménagement du site de la Résidence Universitaire d’Antony au détriment du logement étudiant.
  • Une relance de l’aménagement du site d’AntonyPole privilégiant les entreprises de hautes technologies.
  • Une organisation des rythmes scolaires qui n’est pas sans poser de nombreux problèmes.

S’inscrivant dans la logique des politiques d’austérité menées au niveau européen et par le gouvernement, les orientations budgétaires proposées sacrifient au final les services publics à la population. Inacceptable !

Le développement durable, un choix de société que ne fait pas la majorité municipale

Comme chaque année à la même époque, à l’ordre du jour de ce conseil municipal, le rapport sur le développement durable. Un rapport, comme le faisait remarquer Isabelle Delpech, quasiment identique à celui de l’année dernière. Un rapport confirmant également les orientations budgétaires de la majorité municipale. Mais est-ce vraiment étonnant.

Ainsi rien sur la réduction de l’usage de la voiture, rien sur les transports en commun, et en particulier Le Paladin, qui pourrait être un bus de ville gratuit, comme cela se fait dans d’autres communes et qui pourrait circuler le dimanche. Rien sur le co-voiturage,  Rien encore sur les RER B et C, où la ville pourrait faire pression sur la RATP, le STIF et la SNCF, afin d’améliorer la qualité du transport

En matière de petite enfance, aucune place supplémentaire en crèche n’a été créée depuis plus de 2 ans, alors que les besoins existent vu les listes d’attente.

Concernant la  culture, le sport et les loisirs, si on ne peut que se réjouir du succès du nouveau cinéma, de l’espace Vasarely, la suppression du service public de proximité que représentait le bibliobus est dommageable.

En ce qui concerne le mal logement : si la ville agit, en adoptant, comme c’est écrit, la charte du logement solidaire, en quoi l’achat des Tours Neptune et Pluton est-il une lutte contre l’exclusion comme cela est mentionné ? Ces logements sont déjà occupés et, s’ils font monter le pourcentage de logements sociaux pour Antony, ils ne créeront pas de logements supplémentaires pour les familles en attente.

En ce qui concerne la sécurité, plutôt que de dépenser encore en caméras de vidéosurveillance, pourquoi ne pas recentrer les missions de la police municipale vers plus de proximité dans les quartiers et faire intervenir des éducateurs, ce qui serait une réponse plus humaine et sans doute plus efficace ?

Et puis, là encore un manque important : l’emploi. Pourtant l’économie circulaire est en train de prendre le relais de l’économie de consommation. Inciter et soutenir par exemple la création d’entreprises de réparation ou de recyclage, serait un plus dans la participation de la ville au développement durable.

Rénovation urbaine du Noyer Doré : un avenant de clôture qui acte la démolition de 84 logements sociaux supplémentaires

Comme si l’on n’avait pas déjà assez démoli de logements sociaux sur notre ville, voilà que la majorité municipale s’apprête à en démolir 84 nouveaux (68 de la tour du 6 rue Robert Scherrer et 15 du porche de l’allée de l’Estérel) ; le tout avec l’accord de l’Etat et du gouvernement puisque acté dans l’avenant de clôture de l’opération de rénovation urbaine du Noyer Doré comme le mentionnait François Meunier

Des démolitions encore une fois justifiées par l’état dégradé de ces bâtiments. Mais à qui revenait-il de les entretenir, si ce n’est à Antony Habitat ? La véritable raison : il faut pouvoir faire place nette pour le logement privé et surtout éloigner le plus possible les logements sociaux existants des nouvelles constructions réalisées dans le quartier du Noyer Doré. La majorité municipale ne justifie-t-elle pas la démolition de la tour du 6 rue Scherrer en prétendant qu’elle fait « tache » dans le quartier et gêne la vue des habitants des immeubles avoisinants !

Bien sûr, il parait que ces logements démolis seront reconstruits, mais de quelle manière : 36 logements prévus sur les terrains de l’ex. IUFM Val-de-Bièvre, 22 logements étudiants sur le site de la R.U.A., 14 logements prévus rue Emile Lévêque et 12 studios rue de la Méditerranée. La volonté de chasser les familles est manifeste !

Bookmarquez le permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *