Conseil communautaire du 27 mars 2015 : un budget marqué par des manques importants et des choix contestables

Un conseil communautaire qui fut consacré essentiellement à l’examen du budget 2015.

Si force est de constater que le budget de la communauté d’agglomération des Hauts-de-Bièvre s’inscrit dans un contexte financier contraint lié aux politiques d’austérité mises en œuvre par le gouvernement avec notamment la baisse de la Dotation Globale de Fonctionnement aux collectivités locales (- 1,5 millions d’euros pour la Communauté d’agglomération des Hauts-de-Bièvre pour l’année 2015, il n’en demeure pas moins qu’il est marqué par des choix des plus contestables et des manques importants comme le soulignait notre élu.

Des choix des plus contestables :

Ainsi retrouve-t-on parmi les investissements retenus :

  • La reconstruction du théâtre Firmin Gémier à Antony sur une partie des terrains de Saint-Raphaël :

Si reconstruire le théâtre Firmin Gémier est en soi une nécessité, par contre le choix de l’emplacement  retenu est des plus contestables, ceci d’autant plus aujourd’hui que le parking sous-terrain prévu initialement ne sera pas réalisé.

Il aurait pourtant été possible de reconstruire le théâtre Firmin Gémier sur son emplacement d’origine. Un choix qui n’a pas été retenu par la majorité UMP-UDI de la CAHB. Le Maire d’Antony et sa majorité auront ainsi tout le loisir de pouvoir réaliser place Firmin Gémier une vaste opération de promotion immobilière.

  • La reconstruction de la Piscine des Iris à Antony incluant la réalisation d’une fosse de plongée :

encore, reconstruire la Piscine des Iris est une nécessité, prévoir au sein du nouveau complexe un fosse de plongée (financée in fine exclusivement par la ville d’Antony) relève d’un choix des plus contestables. Une fosse de plongée dont le coût de réalisation : 5 millions d’euros est équivalent à celui de la reconstruction du cinéma Le Sélect.

Or, si le besoin d’une fosse de plongée se fait sentir dans le sud des Hauts-de-Seine, un tel investissement ne relève pas alors de la Communauté d’agglomération des Hauts-de-Bièvre, ni de la ville d’Antony mais du Conseil Départemental.

Des manques importants :

  • Rien de vraiment novateur en matière de développement économique.
  • Toujours rien sur la gratuité du Paladin, l’amélioration de la desserte des quartiers excentrés et l’élargissement de son amplitude horaire.
  • Rien en ce qui concerne le devenir de la Résidence Universitaire d’Antony (R.U.A.) si ce n’est l’annonce de la poursuite de la réhabilitation du bâtiment A.

Mais ce qui n’est pas dit, c’est que la Communauté d’agglomération des Hauts-de-Bièvre est propriétaire des terrains et des bâtiments de la R.U.A. et qu’elle a déjà démoli les bâtiments C, H et G.

Pourtant la Mairie d’Antony vient de lancer une consultation sur le devenir de ce site sur la base du projet qu’elle porte avec la CAHB : ne conserver au maximum que 1 080 logements sociaux étudiants sur les 2 800 initiaux pour mieux livrer le reste des terrains aux promoteurs immobiliers.

Et peut être le manque le plus important dans ce budget : l’absence d’information quant au devenir de la Communauté d’agglomération des Hauts-de-Bièvre sachant que celle-ci est amenée à être remplacée à compter du 1er janvier 2016 par le futur conseil territorial.

Bookmarquez le permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *