Changement d’intercommunalité – Compte-rendu du conseil municipal du 24 sept 2015

Avec un peu de retard, nous mettons en ligne ce compte-rendu que nous avions déjà distribué sous forme de tract en septembre. Il s’agit du compte-rendu du conseil municipal d’Antony datant du 24 septembre 2015.

Points abordés:

  • Les Antoniens changent d’intercommunalité le 1er janvier 2016
  • Cause commune contre la baisse des dotations de l’Etat aux communes.
  • Fin de la R.U.A entre acharnement de la Mairie et abandon de l’Etat
cr

Le tract que nous avions distribué

Le saviez-vous ? Avez-vous été concertés ?

Les Antoniens changent d’intercommunalité le 1er janvier 2016

 Premier point abordé au conseil ce soir-là, l’avis du conseil municipal concernant un projet de décret sur la création d’une nouvelle intercommunalité, appelée Etablissement public territorial (EPT), et qui comprendrait les communes d’Antony, Bagneux, Bourg-la-Reine, Chatenay-Malabry, Châtillon, Clamart, Fontenay-aux-Roses, Le Plessis-Robinson, Malakoff, Montrouge et Sceaux, et dont le siège serait provisoirement à Antony. La majorité municipale proposait un avis favorable et souhaitait rajouter la commune de Verrières-le-Buisson.

Cet EPT, appelé « Sud Hauts-de-Seine » fera partie des 12 EPT qui formeront la Métropole du Grand Paris le 1er janvier 2016. Cette nouvelle organisation découle de la loi NOTRe (Nouvelle Organisation Territotiale de la République), votée le 7 août 2015.

Le Front de Gauche au niveau national s’est battu pour qu’un référendum soit organisé, afin qu’une si importante réforme territoriale soit débattue dans le pays. Le Sénat était pour. Le 2 juillet 2014, le Parlement (socialistes, écologistes et UDI) a voté contre.

Les élus Front de Gauche dénoncent cette volonté de créer de grands espaces territoriaux qui éloigneront les citoyens des centres de décision, d’autant plus que nombre de compétences de ceux-ci vont se substituer à celles des communes et des départements, qui risquent à terme de disparaître.

Depuis mai 2014, le projet d’EPT concernant les Antoniens était à l’étude dans différentes instances régionales et départementales. En septembre 2014 la CAHB propose son périmètre sans même en informer des maires de villes concernées, ni bien sûr les citoyens, quel deni de démocratie !

D’autant plus qu’un autre périmètre aurait pu être proposé, porteur selon nous d’une plus grande dynamique économique, créatrice d’emplois, « la Vallée scientifique de la Bièvre » qui associait depuis 10 ans les villes et intercommunalités de Val de Bièvre, Sud de Seine, des Hauts-de-Bièvre et de Châtillon-Montrouge. Ceci est tout à fait cohérent car un contrat de développement territorial (CDT) avait été signé avec l’Etat en juin 2013 pour favoriser le développement urbain et économique de ce territoire.

Les élus Front de gauche ont donc voté contre cet avis.

Cause commune contre la baisse des dotations de l’Etat aux communes.

Le 19 septembre, l’Association des Maires de France (AMF), toutes étiquettes politiques confondues, a appelé tous les maires de France à protester contre la baisse de 30 % des dotations de l’Etat, qui constituent l’une des principales ressources des finances locales. Cette baisse ne peut conduire qu’à réduire ou supprimer des services de proximité rendus à tous nos concitoyens : écoles, crêches, équipements culturels et sportifs, collecte des déchets,…ainsi, nous sommes tous concernés.

Les élus Antony à Gauche ont fait signer la pétition de l’AMF ce samedi 19 (seule initiative proposée par la majorité municipale à l’hôtel de ville de 10h à 12h) et le lendemain matin au marché. La journée a été un succès au niveau national et nous nous en réjouissons.

Nous aurions bien voté pour la motion proposée au conseil municipal, las !

La majorité municipale a inclus dans la protestation (ce qui n’était pas dans le texte de la pétition de l’AMF), la mise en œuvre du Fonds de péréquation intercommunale. Qu’est-ce ? Tout simplement une redistribution des ressources des communes les plus riches vers les plus pauvres.

Antony refuserait de participer à la construction d’une école ou d’une piscine dans une commune rurale ayant peu de ressources ? Ceci montre que la majorité municipale est-pour la concurrence entre les territoires. : l’égalité ne fait-elle pas partie des valeurs de notre République ?

Les élus Front de Gauche se sont donc abstenus.

 

Fin de la R.U.A entre acharnement de la Mairie et abandon de l’Etat

 Fleuron de l’architecture et du mobilier des années 50, bouillonnement intellectuel, culturel et sportif dans les années qui suivirent, la résidence universitaire Jean Zay d’Antony aurait pu être un quartier intégré à la ville, permettant aux étudiants comme aux Antoniens de riches relations réciproques. Une réhabilitation était possible, le diagnostic technique officiel ne concluant pas à une nécessaire démolition.

On ne refera pas l’histoire (pour cela, consultez l’excellent site de l’association qui s’est battue avec le soutien de très nombreux Antoniens pour sa réhabilitation : http://amisrua.antony.free.fr/).

Un nouveau projet a été proposé aux Antoniens, qui maintiendrait 320 logements dans le bâtiment A réhabilité, et construirait environ 750 logements sociaux étudiants (à quel prix ?), soit 1000 de moins qu’auparavant. A l’heure où la crise du logement étudiant est un grave problème en Ile-de-France, ceci n’est pas un bon choix.

Les terrains à vocation publique seraient donc vendus à des promoteurs pour réaliser 600 logements « familiaux », des commerces, une crêche et un groupe scolaire (qui existaient et que la municipalité a démolis), un parking. Les espaces verts seraient désormais des jardins privatifs (parions qu’ils seront clôturés).

En début d’année 2015, l’Etat a récemment envisagé d’inclure le quartier Jean Zay dans une Opération d’Intérêt National, c’est à dire une opération d’urbanisme pour un (ou des projets) que l’Etat pense prioritaire(s) : et si c’était pour réaffecter ce secteur au logement étudiant ? Affaire à suivre.

Bookmarquez le permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *