Sous-préfecture d’Antony : quand les drames humains passent après les contraintes matérielles

Hier matin, jeudi 2 février, avait lieu une action devant la sous-préfecture d’Antony pour exiger que les demandeurs puissent être accueillis dans des conditions décentes.

De quoi s’agit-il? Voici ce qu’en écrit RESF :

La sous-préfecture d’Antony a rouvert le 24 janvier après deux mois de fermeture suite à un incendie. Pendant cette période pas de dépôt possible pour les nouvelles demandes. Une partie des rendez-vous déjà donnés a été honorée… à Nanterre. D’autres ont été annulés car les employés, transportés en car d’Antony à Nanterre n’arrivaient qu’à 10 heures et repartaient à 15 heures.

 

La situation est très tendue. Des centaines de personnes se pressent, par un froid glacial, tous les matins à partir de 5 heures, à la porte de la sous-préfecture. Certains ont perdu leur emploi et/ou toutes les prestations sociales pour n’avoir pas pu faire renouveler leur titre de séjour à temps.

 

Ces constats ont été aussi observés par la presse, pour preuve cet article du Parisien.

RESF lançait donc l’appel suivant:

Il est indispensable d’agir pour que les moyens nécessaires en locaux (bungalows) et en personnel soient accordés en urgence à la sous-préfecture. Il faudrait d’autre part obtenir que, faute de pouvoir traiter les dossiers selon la procédure « normale », la SP soit provisoirement autorisée à prolonger la validité des titres de séjour avec un simple tampon « Validité prorogée jusqu’au xx ».

 

Nous invitons les associations, les personnes, les élu(e)s à se venir devant la sous-préfecture le jeudi 2 février à 7h30, chacun(e) apportant des thermos de café et/ou de thé quelques viennoiseries à offrir à celles/ceux qui attendent dans le froid.  Ce sera un indispensable geste de solidarité à l’égard des étrangers maltraités mais aussi un moyen d’obtenir du gouvernement les moyens et autorisations exceptionnelles nécessaires.

 

Cet appel a été entendu. Outre de nombreux membres de l’association RESF et d’autres associations telles que la Ligue des Droits de l’Homme, de nombreux élus de gauche étaient présents, tels qu’Isabelle Delpech, élue municipale Front de Gauche, Annie-Laure Hagel, élue municipale EELV-PS-Citoyens, Hélène Cillères, élue Front de Gauche à Bagneux, Pierre Ouzoulias, conseiller départemental Front de Gauche, Vanessa Ghiatti, conseillère régionale Front de Gauche, Yasmine Boudjenah, candidate PCF aux législatives, et encore d’autres.

Vidéo de l’intervention de Yasmine Boudjenah

Vidéo du reportage de France 3 Paris-ÎdF

L’article de ce jour du Parisien

 

Outre les appels qui ont été lancés par d’autres élus d’Île de France, notre élue antonienne, Isabelle Delpech, a écrit au sous-préfet Philippe Maffre : 

Monsieur le Sous-Préfet,
Depuis la réouverture de la sous-préfecture, l’accueil des usagers pose problème, le froid et l’attente extrême aggravent la situation.

 

Si , comme vous le dites, et je n’en doute pas, vous réfléchissez à la situation, au moins dans l’immédiat, ces personnes ne peuvent-elles pas avoir une plage horaire d’accueil et dans l’attente, être mises à l’abri?

 

Monsieur le Premier Ministre a-t-il été alerté afin de débloquer exceptionnellement des moyens supplémentaires pour régler cette situation inhumaine?

 

Veuillez agréer, Monsieur le Sous-Préfet, l’expression de mes respectueuses salutations,

Isabelle Delpech
Conseillère municipale
Antony à Gauche

 

Nous publions ici la réponse de Philippe Maffre:

Madame,

 

Je vous remercie de ce message et de l’intérêt qu’il atteste pour le service public que nous offrons.

 

Le retard dans l’instruction des dossiers et la remise des titres, consécutif à l’incendie que vous savez, entraîne en effet une dégradation des conditions d’accueil. Celle-ci reste néanmoins sous contrôle.

 

Nous réfléchissons cependant à la mise en place d’une organisation différente faisant place, par exemple, à une spécialisation de l’accueil selon les types de dossiers et les plages horaires.

 

Le préfet a par ailleurs demandé au ministère des moyens supplémentaires en termes de vacation.

 

A moyen terme, la généralisation de la prise de rendez-vous, la dématérialisation et la mise en place des titres pluri-annuels devraient alléger la pression.

 

Cordialement,
Philippe Maffre.

 

Une réponse qui n’en est pas une, puisque sous couvert d’améliorer l’accueil, il parle bien de dématérialisation… En attendant de voir Internet et ses formulaires automatisés résoudre comme par magie tous ces problèmes humains (ce qu’il n’a jamais réussi à faire jusqu’à présent), on pourra toujours se poser des questions plus prosaïques, comme par exemple: Comment Monsieur Maffre ferait-il, s’il était à la place de ces gens, pour assurer son hygiène corporelle et sa dignité après trois heures d’attente … sans toilettes?

 



 

 

Hommage à Maurice Ténine… Et pétition pour les Rol-Tanguy

MAURICE ET ANNETTE TENINE

Ce samedi 22 octobre, comme chaque année, nous avons exercé le devoir de mémoire envers Maurice Ténine, pour son action anti-fasciste et résistante.

Celui-ci, qui a exercé dès 1938 son métier de médecin à Antony et qui était conseiller municipal communiste à Fresnes, est l’un de ces Français issus de l’immigration qui très vite s’engagent politiquement contre les idées fascistes. Les brimades de la hiérarchie militaire ne le dissuaderont pas de développer son engagement, jusqu’à son passage dans la clandestinité au sein de la résistance. Là, il est un des pionniers du service médical de l’Organisation Clandestine.

Il fait partie, avec Guy Môcquet, des 27 fusillés de Châteaubriant, après son arrestation en 1941. Sa femme, Annette Ténine, mourra quant à elle en 1943 en déportation à Auschwitz.

(cliquez ici pour une biographie complète, ou regardez la vidéo ci-dessous)

L’hommage de 2015 (discours de René Sazerat, de l’ANACR)

HENRI ET CECILE ROL-TANGUY

img_20161022_120249

Les panneaux qui présentaient notre action, que nous avons placés symboliquement sur le parvis de la gare RER d’antony

Cet hommage était aussi pour nous l’occasion de pousser notre volonté de voir Antony rendre hommage à Henri et Cécile Rol Tanguy. Lui était le chef de la résistance parisienne, qui a déclenché l’insurrection victorieuse à la libération. Elle était son agent de liaison. Tous d’eux honorent Antony. C’est Rol Tanguy qui, avec Leclerc (dont il avait obtenu le soutien pour l’attaque ultime) a reçu la reddition de la garnison allemande à Paris.

Ils ont habité à Antony pendant la guerre — ils y vivaient sous une identité d’emprunt, rue Jeanne d’Arc.

Depuis près de deux ans nous sollicitons la municipalité pour qu’Antony leur rende hommage, ne serait-ce qu’en faisant poser une plaque à leur nom. Notre pétition, qui a reçu un bon nombre de signatures, n’y fait rien. Jusqu’à présent, le maire Jean-Yves Sénant ne fait qu’esquiver la demande. Autant de résistance pour une action aussi simple paraît bien étrange, un an après les célébrations de la Libération. Cela rappelle l’époque où la municipalité antonienne, à l’époque menée par Patrick Devedjian, faisait débaptiser l’avenue et le stade Salvador Allende pour les renommer… Georges Suant.

Mobilisations contre l’état d’exception permanent à Antony

Du côté des associations: Conférence organisée par la Ligue des Droits de l’Homme

La LDH d’Antony distribuera le tract ci-dessous samedi et dimanche :

■    Samedi 5 mars: de 10-11h ou 11-12h à Sceaux ou Bourg-la-Reine (reste à préciser),

■    Dimanche 6 mars: 10-11h ou 11-12h au marché d’Antony.

Les sympathisants Front de Gauche ne peuvent que soutenir cette action, aussi nous appelons à la mobilisation. Contactez Hélène, qui transmettra à Sylviane Aschehoug de la LDH Antony (nous n’avons pas pris la liberté de mettre ses coordonnées sur notre site public) :

helene

Télécharger (RdV-LDH-Mars2016-A4.pdf, 97KB)

 

Du côté d’Antony à Gauche

Nous continuons notre travail de fond pour lutter contre l’Etat d’Exception.

Cette modification de la constitution mettrait gravement en danger les libertés des citoyens avant même d’inquiéter les terroristes: Cet état d’urgence prétend viser les “troubles à l’ordre public” et on a vu ce que cela a donné : assignation à domicile de militants écologistes durant la Cop21, restriction du droit de circulation, interdiction des manifestations (alors que les marchés de Noël et les concerts publics battaient leur plein!), perquisitions brutales et à l’aveuglette au moindre soupçon. La liste est longue!

A côté de cela, la France continue de vendre massivement des armes à l’ Arabie Saoudite, qui soutient activement les groupes islamistes comme Daesh. De plus, qui achète le pétrole de Daesh? Qui tolère les paradis fiscaux où ces groupes terroristes blanchissent leurs revenus?

L’état français, en particulier le gouvernement Valls et Nicolas Sarkozy avant lui, jouent au pompier pyromane avec les terroristes. Ce n’est pas à nos libertés individuelles d’en payer le prix.

Nos actions:

■    Depuis décembre nous avons fait des porte-à-porte pour parler avec les Antonien-ne-s et rassurer la population, dont une grande partie ne perçoit pas le danger de l’Etat d’Exception

■    Lors de notre rendez-vous bimensuel devant le Leader Price des Baconnets, certains d’entre nous ont distribué un tract sur le thème “l’état d’urgence pour faire oublier les tas d’urgence” et ont fait le lien entre l’état d’exception permanent et les véritables problèmes des Français: Danger de la loi El Khomri, lutte des éboueurs de Véolia Wissous en grève, chasse aux Rroms, etc.

etat durgece

Pour participer à ce rendez-vous régulier, contactez Hélène :

 helene

 

Loi “travail” (El Khomri) : Non merci!

Mercredi 9 mars

Manifestation nationale. Details ici.

11h – manifestation lycéens, étudiants à Nation

12h30manifestation unitaire, départ du siège du Medef

14hrassemblement à République

 

Du 29 février au 9 mars

■     La mobilisation contre cette loi extrêmement grave doit atteindre toute l’ampleur possible. C’est une attaque directe contre les droits les plus élémentaires des travailleurs, des apprentis, des chômeurs… On ne peut s’empêcher de penser à la lutte des éboueurs de Veolia Wissous!

■    Certains d’entre nous distribueront cette semaine plus de 7000 tracts dans toute la ville et aux gares de RER pour mobiliser la population. dans ce genre de situation, les principaux obstacles sont le manque d’information et le désintérêt.

loi travail 2

Plus de 7000 tracts distribués dans les boîtes et aux 4 gares de RER B

 

Lundi 29 février

■     La pétition nationale lancée par un regroupement de syndicats, d’associations*, etc. recueille plus de 880 000 signatures. Signez-la vous aussi!

880 000 signatures. Cliquez ici pour signer!

* CGT, FO, Unsa Transports, militantes féministes, Solidaires, Unef, JOC, CFE-CGC, …

■    Pierre Jacquemain, proche conseiller de la ministre, démissionne de son équipe — écoeuré par cette loi. Il l’avait rejointe car la ministre semblait plutôt proche de l’aile gauche du PS.

■    Report. Le gouvernement était censé examiner la loi aujourd’hui en conseil des ministres. Il est reporté de plusieurs semaines devant l’ampleur de la mobilisation.

C’est une feinte qui permet d’attendre que le mouvement s’essouffle.

 

Vendredi 19 février

■    Les protestations explosent contre la loi dite “travail” présentée par la ministre du travail Myriam El Khomri.

■    La ministre, avec la bienveillance de François Hollande et Manuel Valls) évoque déjà l’idée d’utiliser le 49-3 pour forcer le passage de cette loi. Manuel Valls avait déjà utilisé ce mécanisme d’exception pour forcer

 

loi travail, non merci!

Un recul sans précédent des droits des travailleurs… Et sans réelle utilité puisqu’on sait que la précarité plombe l’économie au lieu de la sauver.